• UN OURS DANS LA MAIN D UN LUTIN

    UN OURS DANS LA MAIN D UN LUTIN

     

     

     

    Un soir qu’il était fatigué d’avoir réconforté tout le monde à chaque instant du jour, le petit lutin vint s’installer devant son écran magique.

    Tout doucement, la vie s’y anima et il y vit passer des gens tous différents et puis parmi eux, un ours !
    Sans doute l’ours fut-il, lui, étonné de croiser un lutin !
    Gentillon, le lutin, décida de l’appeler Berlin : il paraît que cela signifie « petit ours » et pourtant, il était immense ! Berlin engagea une conversation avec Gentillon et le lutin oublia sa fatigue.
    L’écran s’anima, et le lutin qui savait regarder plutôt que voir et écouter sans juger, vit vivre Berlin.

    Berlin était un papa ours. Il était grand, mais si grand alors que le lutin était petit, mais si petit !
    Papa ours vivait au milieu d’une tribu de 5 : une maman ours et 3 oursons. 
    C’était une drôle de famille : le papa y faisait presque tout ! Dans le monde où ils vivaient, le papa n’avait plus de travail et en était ennuyé. La maman, elle, était souvent par monts et par vaux. Elle, aimait mieux aller chez ses amis ours boire un café (sucré de miel…bien sûr !) ou aller à la pêche, comme tous les ours.
    Pour que la tanière soit agréable à vivre, alors le papa ours enfilait le tablier que maman avait laissé traîner et faisait son possible pour lui redonner un air de bonheur de vivre. 
    Parmi les petits ours, il y avait une jeune oursonne. Elle était amoureuse mais chut… c’était son secret et ça la rendait plus jolie chaque jour ! Puis deux ours, plus petits, deux oursons encore joueurs et avec qui papa ours n’hésitait pas à entamer de longues séances de jeux, des bagarres mémorables, à coups de pattes d’ours petites et grandes, mêlées d’éclats de rire.

    Mais que venait faire le lutin dans une famille ours ? Pourquoi Berlin, le papa ours l’avait-il interpellé ? Il devait être heureux et pourtant comme son regard était triste !
    Gentillon alors lui prêta une oreille attentive et discrète et là.. il découvrit la vraie vie de papa ours.
    Quand le petit lutin scrutait son écran, il y voyait en effet un papa ours aussi las qu’il était grand. Il voyait Berlin seul, chez lui, assis à attendre. A attendre quoi ? Qui ? Le temps lui glissait entre les pattes, inutilement.
    Alors, Gentillon vint doucement lui glisser à l’oreille : 
    - Dis, gentil ours, sais-tu que si tu ouvres la fenêtre de ta vie, tu verras le monde ? Tu sais Berlin, il te faut sortir doucement de ton hibernation. Pousse les rochers qui t’isolent de la vie, de la vraie vie.
    - Le monde ? Pourquoi ? je le connais déjà. Il est gris, il est plein de différences humaines, et puis c’est un monde où l’amour passe et s’éteint hélas..
    - Mais non, si tu te sers des différences entre les gens pour en faire des mains tendues vers toi, tu verras que le monde est beau et qu’il t’appelle pour y vivre, pour y grandir. Tu sais, un homme de couleur ou handicapé, grand, petit, brun ou blond..c’est toujours un homme, il a toujours les mêmes envies, les mêmes rêves et les mêmes besoins et surtout il est un homme comme tous les autres.

    Berlin leva la tête et le lutin vit une petite lumière éclairer son regard si triste jusqu’alors.
    - J’ai envie de grandir, de rire, de respirer. J’ai envie de devenir papillon comme toi, lutin. Je ne veux plus regarder les gens comme je le faisais, j’ai envie de retrouver le sourire, de retravailler avec les autres ours et pourquoi pas de m’occuper des malades, j’ai envie de ..vivre ! 
    Le petit lutin souriait, comme il était attendrissant cet ours géant par sa taille mais si fragile dans son cœur ! Il ressemblait à celui qui dormait avec Gentillon.

    Ce soir là, notre ami lutin fit la promesse à son compagnon l’ours Berlin de toujours être à ses côtés. L’écran magique les réunirait en attendant des jours meilleurs où, peut être, ils trouveraient un monde commun, et à chaque fois que l’ours serait seul, dans sa vie ou dans son cœur, le lutin surgirait et soufflerait sa poudre fantastique pour que bientôt son ami déploie ses ailes avec un regard neuf.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 07:58

    HELLO...moralité si le monde ouvrait les portes de son coeur que de tristesse disparaitrait,bon dimanche,bises,beahappy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :